Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

#23 Cam

Gardiens : Alphonse AREOLA, Hugo LLORIS, Steve MANDANDA

Les deux derniers nommés s’imposent comme une évidence. Hugo Lloris aurait pu devenir champion d’Angleterre si les renards de Leicester n’étaient pas sortis de leur terrier. Il faut dire que depuis que Younès Kaboul n’est plus à Tottenham, le gardien originaire de Nice est quand même beaucoup plus serein dans ses cages… Un adjectif qui ne peut convenir à Steve Mandanda, capitaine courage d’une formation marseillaise minée par une triste saison, et berger d’une défense de chèvres. Mais ce qu’on retient de lui, c’est son expérience, son leadership, sa capacité à l’ouvrir, et un peu son talent, lui qui vient d’être élu gardien de l’année en Ligue 1.

Pour le poste de troisième gardien, certes on n’en a pas grand-chose à foutre (Mickaël Landreau a bien été quart de finaliste de Coupe du Monde). Même si Stéphane Ruffier est excellent (encensé par Pascal Dupraz, c’est dire !), et qu’en période d’état d’urgence on a toujours besoin d’un mec au physique de CRS, il serait intéressant de voir Alphonse Aréola, jeune gardien prêté par le PSG à Villareal, actuel quatrième de Liga et demi-finaliste de l’Europa League, auteur d’une bonne saison. Un petit stage d’observation pourrait nous permettre de préparer un peu l’avenir de notre équipe de France. Et puis on a envie de dire « Fonce, Alphonse ! »

Défenseurs : Patrice EVRA, Christophe JALLET, Laurent KOSCIELNY, Layvin KURZAWA, Eliaquim MANGALA, Bacary SAGNA, Samuel UMTITI, Raphaël VARANE

Côté droit, Bacary Sagna, faute de mieux, s’impose comme un choix inévitable. S’il n’est pas assuré de disputer la prochaine édition de la Ligue des Champions à l’heure où nous parlons, il a participé à l’épopée qui a conduit l’équipe en demi-finale de la compétition cette année. En ayant réussi un centre décisif face au Paris-Saint-Germain en quart de finale aller. Oui oui. Auteur d’une bonne saison, Christophe Jallet peut prétendre à une place pour l’Euro. Seule véritable satisfaction de la première partie de saison lyonnaise, il a été mis en concurrence dès l’arrivée de Bruno Génésio à la tête de l’équipe avec Rafael. Mais il a souvent été auteur de bonnes prestations, comme le montre son match face à l’AS Monaco, décisif pour l’obtention de la deuxième place.

A gauche, Patrice Evra, même si sa personnalité fait débat, est indéboulonnable. A 35 ans, le chasseur de taupes vient de s’adjuger un nouveau titre de champion d’Italie. Layvin Kurzawa, 3 buts, 5 passes décisives. Y a-t-il vraiment besoin d’en dire plus ? L’ancien monégasque apporte un vrai plus offensivement. Et il gagne des titres, lui. Pas comme Lucas Digne dont les récentes prestations en équipe de France, contre les Pays-Bas et la Russie, et face au Real Madrid en huitième de finale de Ligue des Champions équivalent au jeu d’acteur de Nicolas Cage. Et puis il y a le brevet des collèges à préparer…

Pour la charnière centrale, passons sur Raphaël Varane, homme de base de cette défense, finaliste de la Ligue des Champions et à la lutte pour le titre de champion d’Espagne, même s’il est moins souvent titulaire en club depuis l’arrivée de Zizou. Passons également sur Laurent Koscielny auteur d’une bonne saison avec Arsenal. Exit Kurt Zouma et Jérémy Mathieu, blessés et Mamadou Sakho qui se grille tout seul avant une échéance importante (on peut l’appeler le DSK du ballon rond). Eliaquim Mangala, bien qu’ayant joué la moitié des matchs de Premier League, est tout de même demi-finaliste de la Ligue des Champions. Plus que le manger, il peut savourer son pain blanc en faisant partie de la liste. Pour le dernier choix, attendons de voir Aymeric Laporte dans un club un peu plus prestigieux pour lui laisser sa chance. Samuel Umtiti n’a certes pas fait une bonne première partie de saison, ce que n’a pas manqué de souligner Didier Deschamps avec son célèbre « Vous ne regardez pas les matchs de Champions League alors peut-être…». Mais depuis le mois de janvier, il est solide et a retrouvé son niveau de la saison précédente. Et puis c’est intéressant de pouvoir compter sur un défenseur central gaucher… Bon d’accord, ce dernier argument peut paraître bidon, mais tous les moyens sont bons pour imposer ses idées, surtout quand on est supporter lyonnais !

Milieux : Lassana DIARRA, N’Golo KANTE, Blaise MATUIDI, Dimitri PAYET, Paul POGBA, Adrien RABIOT

Du côté du milieu (vous suivez ?), là encore certains noms s’imposent d’eux-mêmes. Un triangle se dessine, composé de Lassana Diarra, en sentinelle, autre éclaircie dans la grisaille marseillaise. Ses interceptions tranchantes et décisives et sa capacité à conserver la balle sous pression l’ont conduit à être nommé dans l’équipe-type de la saison en Ligue 1 et à être rappelé et titularisé à juste titre en équipe de France. Blaise Matuidi et Paul Pogba sont les deux autres poumons de ce secteur de jeu. Le premier enchaîne les bonnes prestations en équipe nationale, capable de faire la différence et de donner le bon coup de rein à tout moment, mais on vous rassure, pas du même type que Mathieu Valbuena… Le second a su faire oublier les départs de Vidal et de Pirlo du milieu de la Juventus, et a raflé un nouveau titre de champion d’Italie. En espérant qu’il soit un peu plus régulier chez les Bleus. N’Golo Kanté est le petit nouveau. Champion d’Angleterre surprise avec Leicester, il a été nommé dans l’équipe-type de la saison et affiche des statistiques impressionnantes en terme d’interceptions ; tout simplement l’un des meilleurs dans les cinq grands championnats européens. Il a été également buteur lors de sa première titularisation chez les Bleus, face à la Russie, le 29 mars dernier, le jour de son anniversaire. Une belle histoire à faire jouir Christian Jeanpierre. Une belle histoire que partage également Dimitri Payet, lui aussi né un 29 mars, lui aussi buteur ce soir-là sur un superbe coup franc. Son excellente saison avec West Ham lui a valu d’être nommé dans l’équipe-type de Premier League et lui a rouvert les portes de l’équipe de France à laquelle il apportera sa technique et sa capacité à tirer les coups de pieds arrêtés.

Pour la dernière place, osons Adrien Rabiot. Ce dernier a profité des multiples blessures dans l’entrejeu parisien pour obtenir du temps de jeu et progresser en championnat mais aussi en Ligue des Champions au cours de laquelle il a marqué trois buts, dont deux en matchs à élimination directe. Et par pitié, arrêtons avec Moussa Sissoko et Yohan Cabaye, qui jouent les seconds rôles en Angleterre. La vie de groupe, c’est important, mais si on les prend parce qu’ils sont sympas, imaginons François Bayrou premier ministre. Ridicule.

Attaquants : Hatem BEN ARFA, Kingsley COMAN, Olivier GIROUD, Antoine GRIEZMANN, Alexandre LACAZETTE, Anthony MARTIAL

Voilà des choix à faire qui peuvent faire tourner la tête de Didier Deschamps. Des révélations, des confirmations et des retours en grâce, le secteur offensif est fourni. En l’absence de Karim Benzema, c’est Antoine Griezmann qui aura la tâche de mener l’attaque des Bleus. Avec 31 buts inscrits toutes compétitions confondues, dont un qui qualifie l’Atletico Madrid pour la finale de la Ligue des Champions, élu meilleur joueur français de l’étranger, ce sera lui le patron. Olivier Giroud, bien que muet pendant quatre mois face aux gardiens de Premier League, est toujours présent et intéressant en équipe de France. Son rôle de pivot pour remiser sur un coéquipier lancé et son jeu de tête sont de vrais atouts. Anthony Martial et Kingsley Coman ont littéralement explosé cette saison, et méritent de figurer dans la liste. Ces deux révélations sont de bon augure pour les prochaines compétitions internationales. Tout aussi technique et flamboyant, mais pour un choix à court terme, Hatem Ben Arfa a toutes les raisons d’y croire. Ses 17 buts en championnat constituent l’argument phare. Enfin, il est deuxième meilleur buteur de Ligue 1 avec 21 réalisations, meilleur buteur français dans les cinq grands championnats depuis le mois de janvier avec 15 buts, auteur d’un triplé face à l’AS Monaco pour offrir la deuxième place à l’Olympique Lyonnais dans un match décisif, j’ai nommé Alexandre Lacazette. Depuis l’arrivée de Bruno Génésio, il est redevenu celui qu’il était la saison dernière. Alors laissons-lui une chance. Et n’oublions pas qu’André-Pierre Gignac plante des buts au Mexique. C’est comme si un mec faisait boire une fille pour qu’il puisse coucher avec elle : c'est plus facile, ça aide.

Cam

Partager cet article

Repost 0