Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bilan des coupes d'Europe : la ligue Europa

Une semaine après la finale - soit le temps qu'il m'a fallu pour avaler la défaite de Liverpool - retour sur la Ligue Europa qui, d'année en année, devient de plus en plus sexy :

L'équipe de l'année: Liverpool

Malgré la défaite en finale, Liverpool est certainement la meilleure équipe de cette compétition et je ne dis pas ça uniquement parce que je suis supporteur (un peu quand même). Après un parcours soporifique en groupe puis en 16ème contre Augsbourg où, croyez moi, j'ai souffert, Liverpool a offert par la suite du grand spectacle et des matchs plus qu'aboutis. Déjà Liverpool a éliminé les plus grosses équipes du plateau avec Manchester United, Dortmund puis Villareal (4ème de Liga rappelons-le) et à chaque fois avec la manière. Les matchs contre Dortmund et le retour contre Villareal en témoignent. Les Reds avaient certainement l'équipe la plus complète de la compétition et n'ont cédé en finale que grâce à la méforme de quelques cadres (Coutinho le premier) et de la myopie de l'arbitre. Non je ne m'en suis toujours pas remis et oui je suis un peu de mauvaise foi.

Le joueur de l'année: Kevin Gameiro

La victoire de Séville fait de lui le joueur français le plus titré en coupe d'Europe avec trois Ligue Europa et Kevin n'y est pas étranger. Troisième meilleur buteur de la compétition il a brillé et a martyrisé les défenses d'Europe. Brillant contre Bâle en huitième et Donetsk en demi, il se montre décisif en finale quand il profite d'un centre parfait de Mariano dès la reprise de la deuxième mi-temps pour égaliser et ainsi relancer Séville. Liverpool est sonné et ne s'en remettra pas dans cette finale. Gameiro devient le héros de l'Andalousie mais reste toujours sur la touche pour l'Euro puisque Deschamps lui préfère toujours Gignac... Sûrement un coup des cartels mexicains.

La révélation de l'année: Cédric Bakambu

A 25 ans, l'ancien Sochalien vient de véritablement lancer sa carrière grâce à son parcours impressionnant dans la compétition. Remarquable contre Leverkusen (excusez du peu !) qu'il élimine d'un doublé, il termine deuxième meilleur buteur de la compétition avec 9 buts. Il a porté Villareal, qui a réalisé un parcours somptueux qui s'achève aux portes de la finale, alors que personne ne l'attendait. Maintenant le plus dur est devant lui il va falloir confirmer et prouver à l'Europe qu'il n'est pas un feu de paille.

La déception de l'année: Naples

Avec son effectif complet porté par l'un des meilleurs 9 du monde (Higuain fait une saison monstrueuse), Naples faisait office d'épouvantail. Son parcours en groupe a d'ailleurs confirmé cela : 6 matchs 6 victoires, 22 buts marqués pour 3 encaissés et des manita infligées à chaque match à domicile. Mais voilà c'est bien beau de faire le malin contre Varsovie, Bruges et Mydtjylland il faut confirmer quand la route s'élève. Et là patatra. Dès les 16ème contre Villareal, Naples se fait sortir en se la jouant petit bras. En résumé, Naples c'est cet élève de CM2 qui pique les goûters de tout le monde à l'école mais qui se fait martyriser à son entrée au collège par les 3ème.

La belle histoire de l'année: Marcus Rashford

L'une des révélations de l'année et des surprises de la liste anglaise pour l'Euro est née durant cette compétition et a sorti Manchester United d'un beau pétrin face aux Danois de Mydtjylland. Après avoir perdu l'aller au Danemark les Mancuniens sont dos au mur. La situation est carrément catastrophique quand les Scandinaves ouvrent le score à Old Trafford. Les supporteurs anglais sont totalement dépités (ce qui n'est pas pour me déplaire pour être honnête). Mais Manchester pousse et retourne la situation grâce à un gosse de 18 ans qui joue son premier match avec les A. Auteur d'un doublé décisif, Rashford est l'homme du match et pousse Van Gaal à le titulariser avec succès en Premier League pour la suite de la saison.

Le match de l'année: Liverpool - Dortmund le 14 avril

​De la décennie même ! Le match à montrer à tous ceux qui vous disent que "c'est que du foot", à ceux qui n'aiment pas le foot, à ceux qui ne le suivent plus, et même aux couples qui s'ennuient à la place d'une thérapie. Un match de fou marqué par un rythme haletant amplifié par une des meilleures ambiances d'Europe. Un match tellement chargé émotionnellement qu'il vous fait hurler, trembler, pleurer et finalement chanter. You'll Never Walk Alone repris en cœur par tout le stade et les légendes de Liverpool (Dalglish et Rush notamment) au coup de sifflet final est l'un des plus grand moments de cette saison. Tout ce qui nous fait aimer le football était là à Anfield !

L'entraîneur de l'année: Unai Emery

Qui d'autre ? En réussissant à faire gagner Séville une troisième année consécutive il prouve à l'Europe qu'il fait partie du cercle très fermé des meilleurs entraîneurs européens. Parce que gagner avec Séville n'est pas une mince affaire. Honnêtement en y regardant de plus près l'effectif est très limité. Entre un Rami pitoyable à Milan, un Gameiro éjecté de Paris parce que trop limité ou un bourrin comme N'Zonzi y'a pas de quoi s'emballer. Ce qui fait avant tout la victoire de Séville c'est son organisation, sa rigueur défensive, et sa capacité à bien jouer en s'adaptant à l'adversaire et c'est bien Emery à l'origine de tout cela. Il y a fort à parier que l'espagnol sera très disputé par de grands clubs ces prochaines années.

Le 11 type de l'année:

En 4-4-2

Soria - Mariano - Lovren - Rami - Mario Gaspar - Denis Suarez - Krychowiak - Coutinho - Gameiro - Bakambu

Bon c'est vrai que ce 11 va pas vraiment avec notre introduction disant que la Ligue Europa devenait plus sexy... Mais bon pensez à ça comme un calendrier de charme pour des œuvres caritatives, à la fin on aide un club dans le besoin à aller en Ligue des Champions.

Flo

Partager cet article

Repost 0