Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations: Parcours d'un amateur de foot 1/3 (Flo)

La plupart des jours qu'on passe dans la vie sont totalement inutiles. Tout ce qu'on a fait ces jours là est oublié et n'a aucune incidence sur notre existence. Le genre de jours que vous passez en caleçon à regarder une saison entière de Game of Thrones. Et puis d'autres sont déterminants et font de vous ce que vous êtes. Pour moi, c'est le 25 mai 2005, le jour de la finale de ligue des champions entre Liverpool et le Milan AC. LA Finale.

Je suis un enfant de 98, j'ai commencé à aimer le foot à 7 ans avec la coupe du monde en France. Comme tous les gamins de mon âge j'ai ensuite aimé Arsenal avec sa colonie de français et l'immense Bergkamp, l'une de mes idoles. J'aimais aussi le Milan AC qui dégageait une classe et une grandeur énorme avec son maillot et ses joueurs. Et puis vient cette finale de 2005, j'ai 14 ans, je regarde le match avec mon père, inconscient que les minutes de ce match allaient me marquer à jamais. A la mi-temps, 3-0 pour le Milan, j'envoie un texto à mon pote qui n'aimait pas cette équipe pour le chambrer un peu, c'est d'ailleurs le début d'une malédiction qui veut que quand j'annonce un résultat l'inverse se produit à chaque fois (amis parieurs soyez attentif à mes pronostics). Et puis le coup de foudre. Centre de Riise, Steven Gerrard saute plus haut que tout le monde, place une tête parfaite en pleine lucarne. 3-1. Et ce geste des bras où il remobilise ses joueurs et les supporteurs. Le geste d'un capitaine, d'un leader, d'une légende. Gerrard permet à Liverpool de se sublimer. L'histoire est connue, en 10 minutes Liverpool revient au score, Dudek sort un match miraculeux et écœure les milanais aux tirs aux buts. Toute l'envie et l'âme de Liverpool était là. Une équipe capable de tout, des supporteurs fidèles chantant à tue-tête le You'll never walk alone malgré l'adversité. Je suis tombé immédiatement amoureux à ce moment là de Liverpool et de Gerrard. Une visite de Liverpool et d'Anfield l'année d'après n'a fait que confirmer cela. Encore aujourd'hui revoir les images de cette finale me foutent la chair de poule.

Je suis, depuis, fidèle à Liverpool. Je connais son histoire et ses chants sur le bout des doigts. J'ai eu la chance de les voir quand j'habitais en Angleterre contre Aston Villa à Birmingham, sur le terrain mais aussi dans la ville au hasard d'une rue avant le match. J'espère bientôt me rendre à Anfield Road pour communier avec le meilleur public d'Europe. Malheureusement je n'ai jamais vu Gerrard jouer, il n'avait pas fait le déplacement à Birmingham. C'était pour sa dernière saison avec le club, en 2015. Il est mon idole absolue et mon joueur référence, celui qui a changé ma vie et qui m'a fait autant aimer le football. 11 ans après je me demande qui j'aurais pu être si je n'avais pas regardé cette finale.

Flo

Partager cet article

Repost 0