Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portugalles, les clés du match

Des heures de brainstorming pour trouver un titre accrocheur et original. Le mot-valise connaissant son apogée grâce au fameux Brexit, nous lui avons rendu hommage dans notre article. Et s'il est des Britanniques qui ne sortent pas encore de l'Euro, ce sont bien nos amis gallois, demi-finalistes pour la première fois de leur histoire dans une compétition majeure. Ce soir c'est donc le grand soir pour deux équipes que l'on n'attendait pas forcément à ce niveau, car l'effectif du Portugal n'était pas non plus de base, très séduisant. Ce qui est confirmé par leur niveau de jeu depuis les huitièmes de finale. Plusieurs scénarii sont possibles, voici les clés (ne les perds pas) et ce de quoi dépendra très certainement l'issue de cette rencontre.

La forme de Gareth Bale.

C'est l'une des seules véritables stars de cet Euro (avec Antoine évidemment) au rendez-vous et qui est en super forme, même si on l'a moins vu face à la Belgique en quarts.

L'orgueil de Cristiano Ronaldo.

Incapable d'être décisif et pire encore d'être à un niveau que l'on attend de lui lors d'un grand match, d'une rencontre à élimination directe, la superstar essuie énormément de critiques depuis l'ouverture de la compétition. Face à son coéquipier du Real Madrid cité ci-dessus, et qui semble avoir le vent en poupe, le Portugais va-t-il enfin être piqué au vif et offrir à sa nation une place en finale de l'Euro ?

Les absences galloises.

Aaron Ramsey au milieu, et Ben Davies à gauche sont-ils remplaçables ? Le joueur d'Arsenal, à l'instar de Bale, semble marcher sur l'eau dans cet Euro, en témoignent les matchs face à la Russie ou la Belgique dans lesquels le Pays de Galles a clairement gagné la bataille du milieu. Attention, car ce secteur de jeu est clairement l'un des meilleurs dans l'équipe portugaise.

La pression.

Je ne parle pas de celle qui va sans doute couler à flots toute la soirée à Cardiff, mais bien de celle qui s'abattra (ou non) sur les épaules des joueurs des deux équipes. Les Portugais sont, de loin, les plus expérimentés. Déjà demi-finalistes il y a quatre ans, ils ont également l'habitude de disputer des matchs importants en Ligue des Champions. Ce qui est bien moins le cas des Gallois. Ces derniers surferont-ils sur la vague de leur succès euphorisant ou au contraire, couleront-ils à la manière de l'Islande face à la France ?

L'humeur de Pepe.

C'est l'un des meilleurs défenseurs du monde, comme en atteste son match face à la Pologne. Il vient de gagner la Ligue des Champions, il est donc en confiance. Mais méfiance, face aux accélérations de Gareth Bale, son partenaire en club, il pourrait bien avoir de quoi péter les plombs, comme il sait si bien le faire.

​Le réalisme gallois.

Le Pays de Galles n'a pas besoin d'une dizaine d'occasions de but pour marquer. On le voit depuis le début. Face à la Belgique, les attaquants ont même fait preuve d'un réalisme insolent (même si la défense des Diables Rouges n'est pas blanche comme neige) comme l'atteste le but de Robson-Kanu. D'un autre côté, le Portugal ne concède pas énormément d'occasions mais prend quand même des buts, comme contre l'Islande, la Hongrie ou la Pologne. Il faudra donc que la charnière redouble de vigilance.

La jeunesse portugaise.

​Elle est incarnée par le désormais célèbre Renato Sanches, auteur du but égalisateur face à la Pologne. On découvre à l'occasion de cet Euro un milieu de terrain portugais jeune mais séduisant. La jeunesse osera-t-elle ce soir ? Ou sera-t-elle en proie à la pression, comme pour les Gallois ?

Cam

Partager cet article

Repost 0