Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouveau look pour une nouvelle liste

On savait qu'on n'allait pas assister à une révolution, mais on espérait quelques changements au sein de cette équipe de France. Et il y en a eu, en très grande partie "grâce à" la cascade de forfaits à laquelle a dû faire face Didier Deschamps. C'est ainsi que sept joueurs sur les vingt-trois appelés n'étaient pas présents lors de l'Euro 2016. Si on ne peut pas vraiment tirer de conclusions sur le visage futur des Bleus, on notera tout de même certains choix marquants de la part du sélectionneur.

​Didier Deschamps se projette...

​Et il l'a reconnu lui-même. La Coupe du Monde, c'est dans deux ans, et certains joueurs ne sont pas éternels. Exit Patrick Evra, pour le moment, qui a été de manière générale plutôt à la peine ces derniers mois en sélection. Deschamps peut se permettre de ne pas faire appel à lui, au vu du très bon début de saison de Layvin Kurzawa au PSG, qui a (enfin) réussi à reléguer Maxwell sur le banc. Celui-ci pourra beaucoup apporter sur le flanc gauche, défensivement mais aussi offensivement, ce qui manquait cruellement jusqu'à présent. Côté droit, on voit d'un bon œil l'arrivée de deux petits nouveaux. Bacary Sagna est blessé et sort d'un Euro particulièrement réussi, il devrait donc revenir assez rapidement. Mais on voulait de la fraîcheur, un arrière capable de délivrer de bons centres, qui pourrait ne plus nous faire regretter Willy Sagnol. Loin de les comparer à l'ancien du Bayern, Djibril Sidibé et Sébastien Corchia montrent de réelles aptitudes dans ce domaine. Le premier a pleinement justifié sa sélection en étant à l'origine de deux des trois buts monégasques hier contre Paris, postulant très logiquement pour être le titulaire en sélection, le deuxième est également intéressant pour sa capacité à tirer les coups de pied arrêtés.

La principale surprise en attaque se nomme Ousmane Dembélé. La consécration pour celui qui n'avait pas joué une seule minute en Ligue 1 il y a un an. Quelques mois ont suffit à ce jeune joueur pour être l'acteur d'une ascension fulgurante. Peu à peu titulaire à Rennes, puis buteur incontesté, transféré 15 millions d'euros à Dortmund, le voilà maintenant appelé par Didier Deschamps. Certes ce n'était pas son premier choix; il bénéficie de l'absence de Kingsley Coman (et de celle de Karim Benzema) ainsi que des forfaits de dernière minute des deux Lyonnais Fékir et Lacazette

... s'obstine...

Au mois de mai dernier, beaucoup n'avaient pas compris son obstination à conserver Moussa Sissoko pour l'Euro, moi le premier. Celui-ci a apporté sa réponse tout au long de la compétition, au point d'être le meilleur joueur de la finale. Mea culpa donc. En revanche, deux autres étaient également dans le viseur des observateurs, et ceux-ci sont toujours là et on ne voit pas trop pourquoi. Cette tendance à conserver certains éléments contraste avec la volonté de projection dont Didier Deschamps a voulu faire preuve.

C'est ainsi que Yohan Cabaye figure dans la liste initiale des 23. Si le sélectionneur poursuivait sa logique de préparation de la Coupe du Monde, on aurait pu s'attendre à voir Adrien Rabiot par exemple, lui qui était réserviste pour l'Euro. Ce dernier n'est même pas appelé en remplacement du premier lorsque celui-ci a déclaré forfait pour les deux prochaines échéances, ni même Morgan Schneiderlin. Non, au lieu de cela, c'est l'éternel espoir Geoffrey Kondogbia qui fait office de joker, lui qui n'a plus joué depuis environ un an en sélection.

L'autre polémique c'est incontestablement la présence d'André-Pierre Gignac dans le groupe. Plutôt bon lors des matchs amicaux, il a été transparent voire inutile lors de l'Euro. A tel point qu'il rate une occasion en or (pour ne pas dire immanquable) de nous donner le titre dans les dernières secondes. Tout au long de l'histoire des Bleus, on en a voulu à certains pour des faits de matchs similaires (Ginola, Trézéguet...) mais Didier n'est pas comme ça et s'entête à appeler le meilleur joueur du championnat mexicain.

... et envoie des messages clairs

​Karim Benzema toujours pas sélectionnable, Kingsley Coman blessé, André-Pierre Gignac contesté, on pouvait s'attendre à quelques changements dans le secteur offensif des Bleus. Le choix le plus naturel était de sélectionner Alexandre Lacazette, ce qui a été fait. Hélas le buteur lyonnais, très en forme, a dû déclarer forfait pour les matchs qui auraient sonné comme une nouvelle chance pour lui. On peut s'étonner cependant de la sélection de Nabil Fékir qui sort d'une saison quasi-blanche et qui n'avait même pas été retenu parmi les réservistes. Le voilà également forfait. Ce n'est qu'après toutes ces considérations que Didier Deschamps se résigne (c'est un peu ce dont on a l'impression) à retenir Kévin Gameiro très bon la saison dernière avec Séville et désormais nouveau joueur de l'Atletico Madrid. On se demande clairement ce qu'il pourrait faire de plus, après avoir remporté trois Ligue Europa, pour être dans les petits papiers du sélectionneur, à part emmener Gignac se promener dans les états du nord du Mexique.

Mais l'absence la plus remarquée est sans contestation celle d'Hatem Ben Arfa. Exceptionnel avec Nice la saison dernière, plébiscité par toute une nation pour l'Euro, finalement intégré à l'équipe des réservistes, le nouvel attaquant du Paris-Saint-Germain est carrément ignoré par le sélectionneur, au point de céder sa place à Ousmane Dembélé. Alors on pardonne Gignac mais visiblement pas Ben Arfa...

Cam

Partager cet article

Repost 0